Fermer le menu

Déromancer – Magdi Senadji / Bovary 1995-2002

15
avr.
18
juin

Une réflexion photographique sur l’univers de Flaubert – Œuvres de la collection du Frac Normandie Rouen dans le cadre de Flaubert 2021.

Déromancer - Magdi Senadji / Bovary 1995-2002

Pour diffuser sa collection sur le territoire normand, le Frac Normandie Rouen consacre un cycle d’expositions « Déjouer Flaubert » à l’œuvre du célèbre écrivain Gustave Flaubert dont l’année 2021 marque le bicentenaire. Conçues à partir des grands thèmes qui jalonnent ses romans, ces expositions donneront cours à des dialogues parfois inattendus entre art contemporain et littérature.

L’exposition « Déromancer / Madame Bovary » accueillie à la Maison de l’Université présente une partie de « Bovary » l’important ensemble auquel l’artiste Magdi Senadji travailla durant sept ans et qu’il dédia en 2002 au roman phare de Flaubert, Madame Bovary.

Dans ce travail photographique, Magdi Senadji ne cherche pas à illustrer l’œuvre de Flaubert. Il exprime une vision très picturale, inspirée des grands peintres réalistes du 19ème siècle tels Courbet, et déconstruit « déromance » la forme du roman en mêlant plusieurs registres d’images : le documentaire, la fiction mais aussi la tradition liée au territoire.

Magdi Senadji se rend partout où pétillent les fétus de paille, où rôtissent des volailles. Il recense nuques et bras de jeunes filles, pains et seins ronds, le monde se déployant comme la roue du paon. Chaque image est une page, il le vérifie le soir, en rentrant, faisant défiler la noce, les émois et les accrocs. Ce ne sera peut-être pas l’ordre exact, que sait-on de la prééminence d’un songe ? Il n’illustre rien, il recueille, pour l’heure, les traces les plus proches. Insectes, mottes de terre et vaches.

Danielle Robert Guédon
Extrait de « Magdi Senadji et Bovary »

Magdi Senadji - 1950-2003

Magdi Senadji a développé depuis les années 70 un travail singulier dans lequel l’architecture (Prague, Le Corbusier) et la littérature (Gombrowicz, Sévigné) tiennent une grande place.

De nombreuses expositions lui ont été consacrées, mais, pour lui, la meilleure façon de présenter son œuvre était l’édition : c’est d’ailleurs pour un livre, édité chez Marval en 2002 dont il a également conçu la mise en page, que les photographies de « Bovary » ont été réalisées.

Dernière mise à jour : 31/05/21

Date de publication : 24/03/21