Fermer le menu

Rencontre avec un étudiant de l'Université

Justine Savoyas, étudiante engagée face à la crise sanitaire Covid-19

Étudiante en 5e année de pharmacie filière officine au sein de l’UFR Santé

"Nous avons été formées à certaines missions réalisées par les internes de manière à ce que l’équipe puisse se libérer du temps pour l’exécution de tâches en relation avec la crise sanitaire."

  • Pourriez-vous vous présenter ?

Je m’appelle Justine SAVOYAS, je suis étudiante en 5e année de pharmacie à la faculté de médecine et pharmacie de l’université de Rouen Normandie, en filière officinale.

 

  • Quelles sont vos missions en cette période de crise sanitaire ?

En cette période de crise sanitaire, mon stage hospitalier en médecine interne gériatrique a été suspendu afin de limiter le nombre de personnels en contact avec ces patients qui sont fragiles, de par leur âge et leur pathologie.

Par la suite, je me suis portée volontaire en cas de nécessité et j’ai ainsi été ré-affectée à l’institut de Biologie clinique du CHU de Rouen, en Bactériologie, afin de renforcer l’équipe, à la demande de la responsable du laboratoire.

Avec une collègue, nous avons été formées à certaines missions réalisées par les internes (telles que la lecture d’antibiogramme et la transmission des résultats d’hémoculture) de manière à ce que l’équipe d’internes puisse se libérer du temps pour l’exécution de tâches en relation avec la crise sanitaire. Le but était de mettre en place un roulement entre les professionnels de santé afin d’assurer des gardes de nuit, de pouvoir remplacer les techniciens de laboratoire si nécessaire, et d’apporter un soutien au laboratoire de virologie.

 

  • Pourquoi avez-vous choisi de vous engager dans ce contexte ? Qu’est-ce que cela vous apporte, à titre personnel, mais également dans le cadre de vos études ?

J’ai choisi de m’engager afin de mettre mes compétences au service du personnel hospitalier et de me sentir utile à mon niveau dans cette pandémie. En tant que future professionnelle de santé, ça me tenait à cœur.

De plus, au vu de mes études officinales, cela me permet de mettre en application les connaissances acquises au cours de mes études ; mais aussi de voir comment fonctionne le circuit hospitalier des analyses bactériennes et virologiques, ce qui me permettra de mieux appréhender la relation ville-hôpital à l’avenir.