Fermer le menu

Rencontre avec un étudiant de l'Université

Juliette Pollet, étudiante en situation de handicap

DUT Génie Biologique option Analyses Biologiques et Biochimiques , IUT d'Évreux

"Il ne faut pas s’arrêter à l’appréhension que l’on peut avoir de se lancer dans l’enseignement supérieur car c’est une peur partagée par tous les étudiants finalement. Si vous êtes motivés et réellement intéressés par la formation visée, n’hésitez pas une seconde ! "

  • Présentez-vous. Quelle formation suivez-vous actuellement?

Je m’appelle Juliette Pollet, je suis actuellement en première année de DUT Génie Biologique option Analyses Biologiques et Biochimiques à l’IUT d’Évreux.

 

  • Quel est votre projet professionnel ? Et le lien avec votre formation ?

Pour le moment, je n’ai pas encore de projet professionnel bien défini. Je suis passionnée par la biologie moléculaire et intéressée par la recherche. Je pense donc m’orienter vers des activités de recherche à l’avenir. La présence d’enseignants-chercheurs à l’IUT est d’ailleurs un vrai plus, on peut interagir facilement avec eux et découvrir plus facilement le monde de la recherche grâce à eux.

 

  • Parlez-nous de votre campus (vie de campus, vie étudiante, services universitaires…)

Malheureusement, le COVID ne nous a pas permis de fréquenter beaucoup le campus cette année. Le Campus d’Évreux est à taille humaine, je trouve que cela facilite la transition entre le lycée et l’enseignement supérieur. A Évreux, on a pas du tout l’impression d’être perdu sur un très grand campus avec des bâtiments éloignés les uns des autres, on trouve rapidement nos repères et on peut créer facilement du lien avec nos camarades. Par ailleurs, étant en situation de handicap, la taille et la configuration du site de Navarre du Campus d’Évreux (sur lequel est situé l’IUT) me permettent plus facilement d’échanger avec les différentes personnes qui m’accompagnent au quotidien.

 

  • Vous bénéficiez d’un accompagnement spécifique qui vous permet de suivre votre formation dans les meilleures conditions. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Dès mon arrivée à l’IUT, j’ai été prise en charge et suivie par l’équipe de la Médecine Préventive du Campus d’Évreux, l’Espace Handicap de l’université et l’association Handisup Normandie. L’association Handisup m’épaule de près toute l’année et m’a aidé dès le départ à effectuer toutes les démarches nécessaires au bon fonctionnement de mon année universitaire. Je fais régulièrement le point avec mon référent Handisup sur ma scolarité, mes besoins, etc. C’est agréable d’avoir ce contact régulier avec la même personne. Localement, Claudine Tonon, enseignante au département génie biologique et référente handicap du Campus d’Évreux, fait lien avec l’équipe enseignante et administrative et m’est d’une grande aide au quotidien.

L’une de mes camarades assure la prise de note de l’ensemble de mes cours. Je bénéficie d’un tiers temps supplémentaire pour la durée des examens et également d’un secrétaire scripteur pour la rédaction de mes copies d’examens.

Des aménagements ont été réalisés en cours d’année pour améliorer l’accessibilité du campus, une rampe d’accès a par exemple été installée pour me permettre de suivre les cours dans l’un des amphithéâtres qui n’était pas accessible auparavant. Certains bâtiments ne sont pas encore totalement accessibles mais je pense que ma présence à l’IUT a fait évoluer les choses et que d’autres aménagements vont suivre.

Si besoin, pendant les TP par exemples, mes camarades sont toujours vigilants et à l’écoute, je n’ai eu aucun problème d’intégration dans ma promotion.

 

  • Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui hésiteraient à poursuivre leurs études à l’université en raison de leurs besoins spécifiques (sportifs de haut niveau, étudiants en situation de handicap, étudiants salariés ….) ?

J’ai longuement hésité avant de candidater à l’IUT. Je me demandais si j’y avais ma place, j’avais peur que mes difficultés ne soient pas compatibles avec le côté professionnalisant des formations de l’IUT. Je suis aujourd’hui rassurée de voir que je peux suivre la formation comme n’importe quel autre étudiant même s’il y a toujours des difficultés qui persistent (comme la hauteur des paillasses en TP par exemple) malgré toute la bonne volonté des équipes en charge d’accompagner les étudiants en situation de handicap. Ces difficultés ne sont pas propres à l’université, elles existent dans de nombreux espaces au quotidien : les trottoirs des villes, les magasins, les bus, les logements étudiants en location … Donc il ne faut pas s’arrêter à l’appréhension que l’on peut avoir de se lancer dans l’enseignement supérieur car c’est une peur partagée par tous les étudiants finalement. Si vous êtes motivés et réellement intéressés par la formation visée, n’hésitez pas une seconde ! Tout n’est pas tout rose mais globalement tout se passe bien et les étudiants en situation de handicap ont pleinement leur place à l’université.