Fermer le menu

Rencontre avec un enseignant-chercheur de l'Université

Emmanuelle Annoot, laboratoire CIRNEF

Enseignante-chercheuse à l'UFR Sciences de l'Homme et de la Société, laboratoire CIRNEF - EA7454

"S’impliquer dans ce domaine de recherche est une source d’enrichissement perpétuel pour la personne qui, grâce à ce cursus, peut exercer une diversité de métiers où les résultats des recherches en éducation sont mobilisés soit pour conduire l’action soit pour produire de nouvelles connaissances."

  • Quelle est votre thématique de recherche ?

Mes thématiques de recherche portent sur la pédagogie universitaire et se déclinent ainsi :

  • l’étude du système complexe qu’est l’Université,
  • l’approfondissement de la connaissance des pratiques pédagogiques dans l’enseignement supérieur et les recherches sur le développement professionnel des enseignants-chercheurs, en particulier des débutants,
  • la poursuite de travaux sur les pratiques d’accompagnement des étudiants, notamment celles qui intègrent le numérique.

De 1998 à 2014, j’étais maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université du Havre et vice-présidente du conseil des études et de la vie universitaire de 2005 à 2010. Mon intérêt pour la recherche sur les politiques publiques d’enseignement supérieur et sur la pédagogie universitaire a été renforcé grâce à une première expérience élective à une responsabilité administrative.
Depuis 2014, je suis professeur des universités à l’université de Rouen Normandie au laboratoire CIRNEF. Aujourd’hui je suis directrice de ce laboratoire qui est une équipe d’accueil (EA.7454) labellisée en sciences de l’éducation et de la formation

 

  • Quelle est l’articulation entre vos enseignements et la recherche ?

J’ai été recrutée sur un poste de professeur des universités avec le profil : « Formation ouverte à distance (FOAD), professionnalisation et formation ». Dans l’exercice de mes pratiques pédagogiques, ma spécialisation dans le champ de la recherche en pédagogie universitaire m’a conduite à porter une attention spécifique au lien entre formation et recherche, à l’accompagnement des étudiants y compris à distance et à la professionnalisation des formations. En participant à l’élaboration du dernier contrat quinquennal, j’ai souhaité atteindre principalement trois objectifs :

  • Travailler à la création d’un parcours de la licence 1 au doctorat dans le domaine de la pédagogie universitaire ouvert sur les métiers de la recherche (ingénieur, chargé d’études, conseiller pédagogique, enseignant-chercheur),
  • Renforcer les liens entre la formation en sciences de l’éducation et de la formation et la recherche par l’accueil des étudiants pour des stages, des journées scientifiques, des colloques au CIRNEF,
  • Développer la qualité de la formation pédagogique des enseignants du supérieur par la formation doctorale ou dans la première année de l’exercice du métier.

 

  • En quoi consiste la recherche dans le champ Homme, sociétés, risques, territoire, et plus particulièrement dans le laboratoire CIRNEF ?

Les sciences de l’éducation et de la formation dans le champ Homme, sociétés, risques, territoire partagent avec les autres disciplines des sciences humaines et sociales la volonté de comprendre l’homme et la société. Toutefois, leur particularité est de se concentrer sur les faits d’éducation. La pluridisciplinarité qui a fondé leur création les rend d’autant plus ouvertes aux concepts, aux outils et aux méthodes des autres disciplines.
Le CIRNEF, laboratoire de sciences de l’éducation et de la formation compte 50 membres permanents, 48 enseignants-chercheurs et deux ingénieures d’étude, ainsi que 70 doctorants et presque 40 chercheurs associés. L’équipe est présente sur les terrains de l’éducation dans et hors l’école, de la formation et du domaine socio-sanitaire à différents niveaux : régional, national et international.

 

  • Comment s’intègrent vos travaux de recherche sur le territoire normand ?

Mes domaines de recherche me portent à m’engager dans la vie universitaire pour mieux comprendre les transformations de nos institutions. L’orientation des lycéens vers l’enseignement supérieur, les réussites étudiantes, la professionnalisation et l’internationalisation des formations universitaires, la formation pédagogique des enseignants-chercheurs constituent des questions socialement vives en France et à l’étranger. Ces thématiques font aussi l’objet de recherches ciblées dans les programmes scientifiques auxquels je contribue ou mes directions de thèse, à l’échelle nationale et internationale.

 

  • Comment pourriez-vous encourager un étudiant qui souhaite poursuivre ses études dans les domaines de la recherche ?

Le métier de chercheur oblige à mieux se connaître soi-même et à élucider ce qui fonde un intérêt de connaissance particulier pour un domaine. Les sciences de l’éducation et de la formation ont cette particularité de conduire des protocoles de recherches sur une diversité de pratiques en croisant les regards des disciplines des sciences humaines et sociales. De plus, un chercheur en éducation ne peut être indifférent à la portée des résultats de ses travaux dans la société dans laquelle il vit. J’encouragerais un étudiant à poursuivre ses études dans ce domaine car une formation aux sciences de l’éducation et de la formation prépare à aborder le monde dans sa complexité et à coopérer avec des acteurs de tous milieux pour chercher à le comprendre. S’impliquer dans ce domaine de recherche est une source d’enrichissement perpétuel pour la personne qui, grâce à ce cursus, peut exercer une diversité de métiers où les résultats des recherches en éducation sont mobilisés soit pour conduire l’action soit pour produire de nouvelles connaissances.