Fermer le menu

Rencontre avec un personnel de l'Université

Clément Frœhlicher-Chaix, Service Commun de la Documentation

Directeur du Service Commun de la Documentation

"Les bibliothèques universitaires sont des lieux de travail, toutes ouvertes au moins 50 heures par semaine, et jusqu’à plus de 75 heures hebdomadaires comme en Santé. Des lieux de travail mais aussi des lieux de vie."

  • Présenter votre métier en quelques mots.

Je suis conservateur des bibliothèques, affecté à l’Université depuis le 1er septembre 2019 en tant que directeur du Service Commun de la Documentation (SCD). Le SCD regroupe les 6 bibliothèques de l’université de Rouen Normandie que sont la BU Lettres, SHS, STAPS, Sciences et la BU Formation des enseignants à Mont Saint-Aignan ; la BU Sciences et Techniques au Madrillet ; la BU Santé et la BU Droit, Économie, Gestion à Rouen ; sans oublier la BU d’Évreux. C’est donc un réseau, où 76 personnes travaillent à temps plein. Ma première tâche est d’en assurer le pilotage et la bonne gestion avec mes collègues. Avec une attention spéciale, depuis mon arrivée, à la préfiguration fonctionnelle de la future BU de Mont Saint-Aignan, qui est très attendue, et dont nous espérons qu’elle verra bientôt le jour !

 

  • Quel impact à votre métier sur la vie étudiante ?

Avec plus de 800 000 entrées par an, les BU sont un lieu incontournable des campus. L’an passé, près de 1 000 personnes ont bénéficié des formations que mes collègues ont organisées, qui vont d’un TD sur la recherche documentaire au niveau L, à des rendez-vous individualisés pour accompagner les étudiants avancés qui commencent un travail de recherche. Les BU sont des lieux de travail, toutes ouvertes au moins 50 heures par semaine, et jusqu’à plus de 75 heures hebdomadaires comme en Santé. Des lieux de travail mais aussi des lieux de vie.

Les bibliothécaires sont engagés en faveur de la réussite étudiante, il ne faut pas avoir peur de les déranger ! Pour ma part, mes fonctions m’éloignent un peu du public, c’est pourquoi je vais participer à l’accueil les samedis, afin de ne pas perdre ce lien direct avec les usagers qui donne tout son sens à mon métier.

 

  • Comment les bibliothèques universitaires évoluent à l’ère du tout numérique ?

Les ressources numériques acquises par le SCD, qu’il s’agisse de revues en ligne, d’e-books…, ont fait l’objet de plus de 500 000 recherches l’an passé. Je ne sais pas si nous sommes déjà dans le tout-numérique (ni d’ailleurs si c’est souhaitable), mais les BU sont déjà des bibliothèques « hybrides ». D’ailleurs, le futur portail des BU, qui sera déployé à l’été 2020, sera un point de convergence de toutes les ressources, imprimées et numériques. Plus largement, l’évolution des métiers des bibliothèques se poursuit. L’accompagnement de la science ouverte avec la promotion de l’archive ouverte HAL est une réalité quotidienne. Ce mouvement va se poursuivre et s’amplifier, avec la valorisation des données de la recherche. En somme, nous continuons de faire notre travail de bibliothécaires, mais avec d’autres moyens !