Consulter la version mobile Rester sur cette version

Une du site


Michel Biard décoré de la croix de chevalier de la Légion d’Honneur

Rencontre avec Michel Biard, professeur des Universités en Histoire de la Révolution française et du monde moderne, décoré de la croix de chevalier de la Légion d’Honneur.

Michel Biard

Michel Biard

Pouvez-vous vous présenter ?
Je suis professeur en Histoire moderne à l’Université de Rouen Normandie depuis 2004, directeur du laboratoire Groupe de Recherche d’Histoire (GRHis) depuis 2012, et je viens d’être élu directeur adjoint de l’Ecole doctorale HMPL (janvier 2017). Avant cela, agrégé d’Histoire, j’ai enseigné dans le second degré dans les académies de Grenoble puis de Lille durant douze ans, ensuite comme maître de conférences à l’Université Paris I pendant dix ans. Mon parcours s’est toujours construit autour des deux dimensions que sont l’enseignement et la recherche, l’une et l’autre se répondant et s’enrichissant mutuellement. En dehors de mes activités universitaires, je suis depuis six ans, et encore pour quelques mois seulement, Président de la Société des études robespierristes qui publie la revue les Annales historiques de la Révolution française (éditée par Armand Colin), revue dont je me suis auparavant occupé pendant douze ans.

Quels sont vos champs de recherche ?
Mes recherches portent principalement sur l’Histoire du XVIIIe siècle et de la Révolution française, avant tout sur l’Histoire politique et l’Histoire culturelle. C’est à la fois en tant qu’historien et citoyen que je me suis attaché à cette période au cours de laquelle les racines de la démocratie et de la République se sont ancrées dans la société française.

Vous serez le 9 mars 2017 décoré de la Légion d’Honneur, qu’est-ce que cela représente pour vous ? 

Je suis honoré de cette médaille qui me rappelle mon parcours, depuis l’école jusqu’au système universitaire avec l’ensemble des rencontres qui ont ponctué ce chemin (enseignants, bibliothécaires, étudiants, etc.). La Légion d’Honneur est une distinction symboliquement importante dans notre pays. C’est pour moi une reconnaissance de l’ensemble des mes travaux mais également de la recherche et des études collectives menées sur la Révolution française. Mon parcours, mes écrits ou mes communications lors de colloques seraient bien différents s’ils ne s’inscrivaient pas dans ce travail partagé et dans l’échange permanent avec mes étudiants et mes collègues. De la recherche à l’enseignement, nous sommes à tour de rôle chef d’orchestre puis soliste. C’est cette dualité qui fait l’intérêt du métier et qui, personnellement, anime mon quotidien.

Cette distinction va-t-elle être à l’origine de nouvelles collaborations ou de nouveaux projets ?
Il n’y aura pas de modifications particulières dans mon travail. Mes recherches, individuelles comme collectives, se poursuivront comme prévu. La décoration est très symbolique et personnelle, mais je ne pense pas qu’elle ouvrira vers de nouveaux débouchés. Toutefois, le colloque que j’ai co-organisé en 2014 à l’Assemblée Nationale sur le thème « Vertu et politique, de la Révolution française à nos jours » a certainement été le déclencheur de cette distinction. Aussi, le travail réalisé avec plusieurs députés dans ce cadre intéressera-t-il peut-être certains de leurs collègues et, en ce cas, ce serait avec plaisir que je réitérerais cette expérience.



Retrouvez quelques photos de la cérémonie de réception dans la Légion d’honneur où fut décoré Michel Biard sur le site de la Société des études robespierristes.

Informations pratiques :

Date de l'évènement : du 6 mars 2017 au 31 mars 2017

Publié le 6 mars 2017

mise à jour le 3 avril 2017



Trouver une actualité

Trouver une actualité